compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

 60 % des femmes algériennes trouve normal d'être battu par leur mari. Les violences conjugales sont  la norme

Un mode de vie quasi répandu chez les Algériens mais peu connu du grand public en France : 60% des femmes algériennes trouvent normal d’être battues par leurs maris.

Après avoir révélé que les femmes ne sont pas acceptées dans les cafés musulmans en France, il serait temps d’apprendre ce qui se passe entre les quatre murs des familles musulmanes. En France.

Les violences conjugales sont tellement la norme, qu’à la télé algérienne, une femme explique qu’être battue par son mari lui «fait plaisir» car l’homme lui paraît ainsi «plus viril».

Traduction des propos tenus par les différentes personnes à qui est posée la question suivante : «Battez-vous votre femme», «Votre mari vous bat-il ? ».

 

Lecteur vidéo
 
00:00
 
01:24
 


0:38– : Quand elle me met vraiment en colère, je la bats.

 

Vous la battez ?

Oui.

Vous la battez durement ?

Non, non. Je la bats normalement. Avec une claque, quelque chose comme ça.

0:47– : Avez-vous déjà battu votre femme ?

Parfois, parfois. Quand elle m’ennuie. Quand vous revenez fatigué du travail, que quelque chose manque, vous êtes en colère.

0:53– : La battre est quelque chose de logique. Elle avait fait des erreurs. Elle les a corrigés. Si elle n’est pas battue, elle ne réussira pas.

1:05– : Parfois. Parfois, il me bat.

Conclusion

Cette culture est trop loin de la nôtre. Les dirigeants européens ont joué à l’apprenti sorcier sans comprendre ce qu’ils faisaient. Battre sa femme comme un rapport social normal, je trouve ça vraiment ignoble.

Le pire, c’est qu’ils importent cela d’Algérie avec eux, puisqu’il est demandé de respecter leurs traditions, au lieu de leur demander de s’intégrer aux nôtres.

Et ne comptez pas sur les féministes : leur combat s’arrête à la porte de l’islam, elles ne critiquent que l’homme blanc, et refusent de voir l’homme musulman ou noir.

L’islam nous apporte un monde de fous, moi je n’en veux pas.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Yoann Saby pour Dreuz.info.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article