compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Il traverse l'Atlantique pour s'attaquer à la famille d'Alexandre Bissonnette

Un musulman d’origine marocaine aurait pris un avion de Londres dans le but de venir s’attaquer à la famille Bissonnette et ainsi venger les victimes de l’attentat de la mosquée de Québec.

Détenteur d’un passeport italien, Mohamed-Amine Ben-Faras, 33 ans, a été arrêté le samedi de Pâques à Québec pour être accusé de menaces de mort contre l’auteur présumé de l’attentat de la mosquée, Alexandre Bissonnette, et les membres de sa famille.

  Alexandre est suspect dans l'attentat de la mosquée au Québec

Photo d'Alexandre Bissonette:

Mercredi dernier, Ben-Faras aurait d’abord pris un vol de Londres pour se rendre à Québec.

Une fois sur place, l’individu aurait tenté d’obtenir des informations dans le but de retrouver Alexandre Bissonnette ainsi que sa famille. Ben-Faras aurait affirmé vouloir venger les martyrs – à savoir les victimes – de la tuerie de la mosquée survenue le 29 janvier dernier. Le suspect n’avait aucune arme en sa possession lors de son arrestation.

Selon l’accusation déposée, c’est une personne témoin des menaces lancées par le suspect qui aurait alerté la police de Québec. Ben-Faras a été arrêté samedi avant de comparaître lundi par visioconférence.

Le suspect fait donc face à une accusation de «menaces de causer la mort ou des lésions corporelles à Alexandre Bissonnette et [aux] membres de sa famille». Il y a évidemment eu objection à sa remise en liberté jusqu’à son retour en cour jeudi.

L’homme, qui s’exprime en français, a lancé au juge: «Monsieur, moi je veux aller en liberté maintenant, pas demain», lorsqu’il a compris qu’il demeurait détenu. Un interprète anglais sera sur place pour la suite des procédures, à la demande de l’avocat de l'accusé, Benoit Labrecque.

Aucune interdiction d’entrer en contact n’a été formulée par le procureur au dossier, Sabin Ouellet, qui s’est toutefois assuré que le suspect ne se trouve pas en contact avec l’auteur présumé de la tuerie au centre de détention d’Orsainville.

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article