compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Une trahison française. La Fatwa contre la démocratie française est lancée

Dans Une trahison française, l’auteur dénonce le fait que l’intelligentsia française et les politiques français trahissent leur pays et sacrifient identité, valeurs et dignité en collaborant avec l’Islam radical. Un livre qui fait froid dans le dos ! Un cri d’alarme destiné à dessiller les yeux des plus naïfs, de ceux qui font l’autruche et de ceux qui nient farouchement l’évidence !

 

 

L’auteur, Walleed Al Husseini emprisonné et torturé dans les geôles de Cisjordanie pour avoir critiqué l’Islam depuis un cybercafé, a échappé à une exécution et est désormais réfugié politique en France et sous protection policière. Il s’interroge dans cet essai alarmant pour savoir si nos élites sont capables de trahir leur propre peuple. De simples contacts en réseaux d’influence, il a remonté les fils de connections insoupçonnables.
Walleed Al Husseini déclare : « Je suis un survivant … par chance. J’ai échappé à une exécution dans mon pays natal. Cette deuxième vie, je la dédie à ma quête de vérité, à la liberté et pour un monde délivré de tout diktat. » Pour l’auteur, à son arrivée, la France est le pays des Droits de l’Homme, le pays des Lumières et de la Liberté. Il s’y est réfugié pour fuir l’oppression, l’obscurantisme et l’injustice et le jour même où il doit dédicacer son livre Blasphémateur, les prisons d’Allah publié chez Grasset, il apprend le terrible massacre de Charlie Hebdo.

Pour lui, cet acte terroriste est le point de départ de son combat pour la France qu’il considère désormais comme sa patrie et il se met en tête de la défendre jusqu’à son dernier souffle. En quittant sa Palestine natale, il pensait pouvoir dénoncer la tyrannie des pouvoirs politiques en place et les idéologies des théocraties, mais au fil des jours, il découvre que la France est elle aussi menacée et victime d’une multitude de trahisons de la part de nombreux politiciens à des fins électoralistes, mais aussi d’intellectuels et de nouveaux citoyens qui placent la Charia au dessus des lois françaises comme Tariq Ramadan qui estime que l’Islam est un marqueur identitaire alors que la nationalité n’est q’un marqueur géographique. L’auteur dénonce la détermination de conquête invasive de l’Islam et la menace d’une guerre civile et ethnique en gestation.  Selon lui, ce n’est en aucun cas, la pauvreté, la marginalisait ou l’oppression  qui génèrent l’Islamisme radical et il le démontre. Il insiste sur le fait que l’Islam préconise le Djihad et véhicule la violence. Le prosélytisme de l’Islam est indéniable et l’objectif pour les Islamistes est de faire régner l’Islam dans le monde entier. Ils refusent l’intégration et croient qu’ils possèdent la vérité absolue.
La diabolisation de tous ceux qui critiquent l’Islam radical empêche son éradication et favorise sa prolifération car tous ceux qui critiquent l’Islam radical sont taxés d’Islamophobes et cloués au pilori de la bien-pensance. De nombreux intellectuels appellent à la reddition et sous prétexte d’éviter de nouvelles irruptions de violence soumettent les lois de la république aux diktats des musulmans afin de préserver la paix civile. Les élites françaises ont perdu leurs valeurs, leur identité et se sont perdues dans la mondialisation. Actuellement, les solutions préconisées par nos élus et nos élites comme revoir la laïcité, interdire le financement étranger et recruter des imams modérés sont insuffisantes et selon Walleed Al Hosseini qui semble bien connaitre son sujet, on court à la catastrophe et à la Théocratie. Bref, l’Occident pacifiste a sacrifié ses valeurs pour cohabiter avec l’Islam alors que celui-ci se prépare à la confrontation et à la guerre. Ainsi au nom du respect de l’autre, du pluralisme et de la liberté, la France a fait le lit de l’extrémisme qui, paradoxalement, rejette la diversité et la liberté. Ultime et fatal  paradoxe…


Une trahison française. Les collaborationnistes de l’Islam radical dévoilés
Un essai de Walleed Al Husseini.
Editions Ring

Source

Commenter cet article