compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Hier matin, deux individus arrivés à moto ont visé l’employé du commerce et un client avant de s’enfuir

Une fusillade a éclaté dans la nuit de mercredi à jeudi, un peu avant une heure du matin, à Avignon. Alors que la place Pie bruissait de la fête estudiantine, à quelques centaines de mètres de là, rue Thiers, une épicerie a été le théâtre d’un double meurtre. Arrivés à moto, deux individus ont stoppé leur bolide à hauteur d’une épicerie au numéro 21.

Casqué, un homme est descendu du deux-roues et se serait directement dirigé vers l’intérieur du commerce. L’employé de cette enseigne d’alimentation générale ainsi qu’un client qui, vraisemblablement, se trouvaient au niveau de la porte d’entrée, ont été visés. « Je ne dormais pas, j’ai l’habitude de veiller tard. J’ai entendu cinq coups de feu, explique une voisine de la rue.

« J’ai passé ma tête par la fenêtre et j’ai vu une moto filer ». « Moi, j’ai vu une des victimes tomber, et la moto avec deux individus repartir » raconte un autre témoin.

L’employé de l’épicerie, 29 ans, et le client, 21 ans, sont morts quasiment sur le coup. L’un a reçu une balle en pleine tête. L’autre a reçu une balle dans le dos. Le tireur est ensuite remonté sur la moto qui s’est évaporée. Voilà la scène qui se serait déroulée, a priori, hier matin, et à partir de laquelle travaillent les policiers.

(…)

Quant au mobile de ce double meurtre, il reste encore inconnu, même si certains enquêteurs évoquent sans ambages un règlement de comptes. Les deux victimes étaient connues de la justice. L’employé de l’épicerie, Omar Baghdad, avait d’ailleurs réchappé de justesse à une première fusillade, quartier Monclar en décembre 2014.

À l’époque des faits, il avait été pris pour cible avec un autre homme, place de la Méditerranée et avait été touché en plein thorax. Deux individus cagoulés, circulant à bord d’une Renault Mégane retrouvée incendiée avec deux Kalachnikov à l’intérieur, le lendemain à Barbentane, avaient été aperçus.

Omar Baghdad avait également été condamné en juin 2012 par la cour d’assises du Gard aux côtés de six co-accusés dans la retentissante affaire de l’attaque d’un convoi de 500 kg de cannabis remontant à début janvier 2009 à Roquemaure. L’exécution d’hier pourrait-elle avoir un lien avec ces épisodes précédents ?

Les policiers se posent la question évidemment, sans toutefois négliger le passé judiciaire de la plus jeune des victimes. Le client de l’épicerie avait, lui aussi, eu affaire aux services de police par le passé.

Pour l’heure en tout cas, aucun lien ne semble avoir été établi avec d’autres faits, plus récents, survenus à Avignon ces derniers mois.

La Provence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article