compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Invité dans L’émission politique jeudi soir sur France 2, Michel Houellebecq a donné son point de vue sur la campagne présidentielle 2017. 

[…] Pour lui, ceux qui hésitent entre Marine Le Pen et le vote blanc «appartiennent à la France périphérique». Et impossible pour Michel Houellebecq d’écrire un livre sur cette partie de l’Hexagone.

 

Il se sent aujourd’hui déconnecté des réalités françaises. «Je me suis rendu compte que je ne la comprenais pas, que je ne la voyais pas. Que j’avais perdu le contact». Et de reconnaître: «Je fais partie de l’élite mondialisée. (…) À Paris, Le Pen n’existe pas». 

Interrogé encore par David Pujadas sur ce vote rejet, Michel Houellebecq affirme ne pas être en mesure de le ressentir: «Je ne suis pas dans cette situation. Je ne crois pas au vote idéologique. Je crois au vote de classe. (…) Que je le veuille ou non, je fais partie de la France qui vote Macron parce que je suis trop riche pour voter Le Pen ou Mélenchon. Et comme je ne suis pas un hériter, je n’appartiens pas à la classe qui vote Fillon», explique celui qui ne s’est pas rendu aux urnes le 23 avril dernier. Il ne compte pas participer au scrutin de dimanche non plus. «En principe, je ne vote qu’aux référendums». Partisan de la démocratie directe, l’auteur de Soumission voit la Suisse comme un modèle. «C’est un système évolué qui a une forte conscience politique. On n’est peut-être pas assez évolués pour cela…»

Le Figaro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article