compteur gratuit

Publié par Manuel Gomez

Fournir et distribuer gratuitement de l’électricité à tous les habitants de la planète Terre ? Ce n’est pas une utopie !

Nikola Tesla y avait songé en ce début du XXe siècle, à une époque où la Terre n’était peuplée que de 3 milliards d’habitants.

Selon ce génial inventeur (il a découvert le courant alternatif, le radar, etc.) il existe une zone transdimensionnelle d’environ 60 kms, située à 80 kms au-dessus de la surface, à la frontière de l’ionosphère.

Cette zone fut baptisée par Tesla « Cavité de Schuman » ou « Résonnance de Schuman ».

Cette cavité fonctionne effectivement comme une caisse de résonnance et peut transmettre de l’énergie électromagnétique d’une fréquence de 6 à 8 Hz (Herz), sans aucune atténuation.

Ses mégawatts sont fournis par l’énergie générée par les éclairs qui se produisent plusieurs fois par seconde partout dans notre monde.

Il s’agit d’une zone où l’électricité est non seulement naturelle mais, en plus, impérissable.

Bien qu’intéressés, à l’époque, des investisseurs, notamment la banque J.P.Morgan, se désistent devant cette « idée révolutionnaire et novatrice » qui mettrait en péril l’avenir de nombreuses grandes entreprises mondiales.

Voilà pour la petite histoire mais, en réfléchissant bien, à notre époque où l’écologie occupe une place primordiale dans le débat de tous les pays de la planète. Où le nucléaire pose problème par le risque effroyable qu’il pourrait devenir pour notre monde.

Où son remplacement par des énergies renouvelables (éoliennes ou panneaux solaires, etc.) est une solution très coûteuse, surtout pour les usagers.

Ne serait-il pas temps, pour les gouvernants de la planète de réunir des « chercheurs », avec les moyens plus modernes et les progrès réalisés depuis la disparition de Nikola Tesla (1943), afin de tenter la mise au point et en marche de ce qui fut le but de sa vie : « offrir l’électricité gratuite à toute la planète ? »

Voilà un grand, un immense projet, pour les « écologistes » du monde entier.

Mais il ne faut pas s’y attendre, ni compter, sur les grandes entreprises, les grands groupes, internationaux pour l’entreprendre car, pour eux, il n’y aurait rien à gagner, aucun bénéfice à en tirer, bien au contraire !

L’utopie n’est pas de croire à ce projet, l’utopie c’est d’avoir pensé une seule seconde qu’il pourrait ne serait-ce qu’être envisagé !