compteur gratuit

Nadine Morano : Je ne veux pas que la France devienne musulmane

Cette semaine politique s’annonce délicieuse. Invitée ce lundi 1er août par RMC, l’ex-fan de Nicolas Sarkozy, Nadine Morano, s’est lancée dès potron-minet dans une longue charge contre l’islam de France. Le tout dans son style très caractéristique.

Alors que le week-end a été marqué par de nombreux rassemblements interconfessionnels en mémoire du père Jacques Hamel, assassiné le 26 juillet par deux terroristes se revendiquant de l’Etat islamique, la députée européenne affirme que la France fait face à une « invasion massive arabo-musulmane ». Rien de moins.

Charlotte Martel

Les propos de l’ancienne secrétaire d’Etat n’ont rien d’étonnant. Privée d’investiture dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne par Les Républicains en octobre aux élections régionales après ses propos sur la « race blanche« , Nadine Morano persiste et signe son positionnement à l’extrême droite de la droite. N’en déplaise à ses anciens collègues, la Nancéienne assume désormais chasser sur les terres du Front national.

Il y a « un gros problème avec l’organisation de l’islam en France », assure-elle sur RMC en écho à Manuel Valls qui appelait dans le « JDD » ce week-end à « bâtir un véritable pacte » avec les représentants de la communauté musulmane via une « Fondation pour l’islam de France » :

« On laisse s’installer en France un islam politique depuis très longtemps. »

Nadino Morano n’hésite d’ailleurs pas à accuser directement les responsables de la communauté musulmane : « J’attends des actes, c’est bien de compatir mais j’attends de l’action », a-t-elle demandé, les appelant à « s’exprimer », notamment au sujet du voile intégral, son éternel dada estival.

Mais là où la feuille de route du gouvernement semble privilégier le dialogue et la prudence – le Premier ministre propose la suspension provisoire des financements étrangers pour les mosquées -, Nadine Morano, elle, ne s’embarrasse d’aucune précaution. « Je ne veux pas que la France devienne musulmane »‘, ajoute l’ex-députée de Meurthe-et-Moselle, main dans la main avec les partisans de la théorie du « grand remplacement ».

La primaire en ligne de mire

Après Marion Maréchal-Le Pen et son intention de rejoindre la réserve militaire nationale – « Je suis prête à me mettre sous les drapeaux là où on aura besoin de moi », a lancé la députée FN le 27 juillet sur iTélé  -, Nadine Morano veut elle aussi passer à l’action, mais version chef de chantier. Les mosquées salafistes ? Allez hop un bon coup de pelleteuse mécanique et on en parle plus :

« Je veux qu’on ferme et qu’on démolisse les mosquées salafistes », lance-t-elle sur RMC.

De toute façon, la ligne rouge est franchie depuis longtemps : fin octobre 2015, elle appelait les électeurs du Front national à préférer le « rassemblement Nadine au rassemblement Bleu Marine ».

Pas sûr que ce nouveau dérapage contrôlé suffise à l’ancienne sniper de l’UMP dans sa course aux parrainages pour la primaire de la droite et du centre en novembre. A « L’Obs », elle avait assuré qu’elle irait « jusqu’au bout », rabibochage ou pas avec son ancien mentor Nicolas Sarkozy. Cela promet.

source

Commenter cet article