compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Dans une tribune au « Monde », le sociologue Pierre Merle approuve la réduction d’effectifs par classe prévue dans le programme éducatif du président, mais juge dangereuse l’autonomie des établissements car elle augmentera les inégalités. 

Pierre Merle est sociologue, professeur d’université à l’école supérieure et du ­professorat (ESPE) de Bretagne et à l’université de Bretagne­Occidendale.

Tout comme la mixité urbaine, la mixité sociale des établissements ne peut pas être une option. Elle ne peut pas être réduite à des expérimentations limitées et souvent homéopathiques qu’il s’agirait de poursuivre. 

[…] Une véritable rupture présente dans le programme éducatif du président Macron consiste à accorder plus d’autonomie aux établissements. […]

Dans le système éducatif français, la différenciation de l’offre pédagogique exerce des effets délétères sur les progrès des élèves faibles. Plus l’offre est différenciée, plus la concurrence entre les établissements augmente, plus les stratégies de choix des établissements par les parents sont favorisées, plus le système scolaire français se ghettoïse avec, d’un côté, des établissements au recrutement social particulièrement aisé scolarisant massivement les très bons élèves ; de l’autre, des établissements prolétarisés scolarisant des élèves en grande difficulté scolaire. Les données statistiques ministérielles sont à ce titre éclairantes.

L’autonomie des établissements actuellement proposée est en partie contraire au projet politique « d’alternance profonde » défendu par Emmanuel Macron. Quels sont les mots-clés, incontournables, qu’il a prononcés avec ferveur lors de sa campagne électorale ? « Rassembler », « créer l’unité d’une France fracturée », « réconcilier les Français », réduire le « refus de l’autre » qui se répand comme un cancer social.

 

Entre autres exemples, presque 20 % des établissements privés pratiquent une sélection ethnique. A dossiers scolaires comparables, ceux-ci préfèrent les Pierre et Marie aux Mohamed et Aïcha et créent, impunément, outre des sentiments d’injustice, une inégalité de traitement incompatible avec leur mission de service public. 

[…]

Le Monde

Commenter cet article