compteur gratuit

Participation en berne, front républicain mort et enterré : après des décennies de socialisme, la dixième circonscription s’est choisi un jeune député frontiste, plutôt que de suivre la tendance nationale et la vague de la République en marche.

 

Ludovic Pajot, le nouveau député de la 10e circonscription, a passé la soirée électorale à Hénin-Beaumont, aux côtés de Marine Le Pen et Steeve Briois.

Les choses changent, dans l’ouest du bassin minier. Après des décennies sous bannière socialiste, la dixième circonscription vient de basculer au Front national. Une vraie surprise, après celle de l’élimination de Bernard Cailliau dès le premier tour, devancé par Laurence Deschanel, la candidate de la République en marche.

Le FN perd à Nœux-les-mines… de dix voix

Sauf qu’au second tour, pas de front républicain ni de report de voix. Pire : à Bruay-La-Buissière, où le candidat socialiste était arrivé en tête, Laurence Deschanel n’en profite pas, avec seulement 48,11 % des suffrages exprimés. Au final, le candidat frontiste la devance de 213 voix (2 924 contre 2 711). Une des explications possibles : une partie des électeurs ayant choisi Bernard Cailliau au premier tour, a voté FN au second.

Ludovic Pajot fait la différence dans plusieurs autres grandes communes de la circonscription : il arrive en tête à Barlin (54,49), Beuvry (51,98 %), Calonne-Ricouart (62,60 %), Haillicourt (55,91 %), Divion (59,77), Marles-les-Mines (64,05 %). À Houdain, Laurence Deschanel et Ludovic Pajot sont à égalité, avec 1 016 voix chacun. Enfin, à Nœux-les-Mines, l’extrême droite reste derrière, avec 49,85 %. Mais cela se joue… à dix voix. Serge Marcellak, le maire, et suppléant de Bernard Caillau, ne doit pas y être pour rien.

Il n’empêche : les électeurs se sont choisis un député d’extrême droite, en lui accordant 5 000 voix supplémentaires d’une semaine à l’autre. À chaud, cela ressemble à une mobilisation.

(...)

Source

Commenter cet article