compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

 

Des camions de police dans une rue de Neuilly-sur-Seine (illustration). © THOMAS COEX / AFPBousculé par des jeunes à qui il a fait croire qu'il était de la brigade des stups, le fils de Jean-Christophe Fromantin n'a finalement pas porté plainte.

À bientôt 23 ans, le jeune homme bien né a l'air de s'ennuyer après minuit. Vendredi vers 2 heures du matin, le fils de Jean-Christophe From antin s'approche d'un groupe de jeunes badauds neuilléens cosmopolites. Muni d'une matraque télescopique, l'ex-collaborateur parlementaire, actuellement stagiaire dans un cabinet d'avocat, prétend appartenir à la brigade des stups.

C'est qu'à Neuilly comme ailleurs, on fume des joints. Et à l'ancien chef scout, on ne la lui fait pas. Mais la jeunesse de Neuilly, perspicace, devine que Fromantin junior bluffe. Les esprits s'échauffent, des coups partent. La violence n'épargne pas les beaux quartiers et le faux policier se retrouve à terre à cause d'une balayette qu'il n'a pas vue venir.

Abandonné à terre par ses adversaires, le jeune homme ébouriffé compose le 17, c'est alors que la police rapplique. Il est 2 h 30. Le premier à se plaindre n'a pas forcément raison. Les gardiens de la paix doutent quand le requérant prétend s'être fait rosser après avoir été insulté alors qu'il réclamait poliment une cigarette aux dix jeunes de 18 à 20 ans qu'il montre du doigt. Interrogé à son tour, le groupe délivre une toute autre version. Confrontés, les protagonistes décident d'en rester là et de ne pas déposer plainte. À Neuilly, on règle ses affaires "à l'amiable".

Source

Commenter cet article