compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Frédéric Leturque part en croisade contre le Front national dans les circonscriptions du Pas-de-Calais qui pourraient être menacées par une submersion Bleu Marine. Il a envoyé un courrier aux candidats.

 

 

 

 

 

 

Face à la menace FN dans certaines circonscriptions, Frédéric Leturque adresse une lettre aux candidats de ces territoires pour agir de concert. Photo Pascal Bonniere

À la mi-mai, Frédéric Leturque avait écrit une lettre ouverte aux principaux responsables politiques LR, UDI et de la REM pour les alerter du risque d’une victoire frontiste dans plusieurs circonscriptions du Pas-de-Calais. Quelques jours plus tôt, le département avait placé Marine Le Pen en tête lors du second tour de la Présidentielle (52 %). «  On ne peut pas avoir, sur le Pas-de-Calais, la même grille de lecture qu’ailleurs en France, assénait le maire UDI d’Arras. Ou on se ferme les yeux, ou on se parle.  » Et d’interpeller Xavier Bertrand, Bernard Accoyer et François Baroin pour LR, Jean-Christophe Lagarde pour l’UDI, Catherine Barbaroux et Jean-Paul Delevoye pour le parti présidentiel, s’inquiétant de l’imminence d’un péril frontiste aux législatives : «  Il n’est plus question de nous confondre dans un simple front républicain, mais de trouver, ensemble, une voie responsable et réfléchie pour nos territoires les plus en danger.  »

Si François Baroin a implicitement répliqué en mettant un terme à la politique du « ni - ni » chez les LR, le maire d’Arras n’a pour autant reçu aucune réponse officielle. Il a décidé de doubler la mise. En signant une deuxième lettre ouverte, dont les candidats LR, UDI, EM !, mais aussi PS, dans les circonscriptions 1, 3, 6, 7, 10, 11 et 12, sont les destinataires. «  Loin de moi l’idée de remettre en question votre engagement sincère dans la campagne législative et la nécessaire représentation des diverses sensibilités dans une élection démocratique, mais je tenais à partager le besoin de répondre à l’urgence vitale dans laquelle se trouve notre département. L’élection présidentielle qui a bouleversé les codes démocratiques et rompu avec les vieux clivages partisans, nous oblige à changer de braquet, à ne plus répéter les erreurs du passé qui nous ont enfermés dans une logique de diabolisation et de marginalisation du Front national qui a échoué. La menace FN qui pèse sur vos circonscriptions couplée au message que nous ont adressé les Français nous engage à rassembler le camp des optimistes. Il ne devra pas s’agir d’un énième rassemblement de circonstance contre l’extrême droite, mais d’un rassemblement pour le territoire et ses habitants. Notre département est plus important que nos partis.  »

Le maire d’Arras partira dans les jours à venir en croisade dans ces circonscriptions «  menacées par une victoire du FN  ». Pour « dire non à un FN qui divise et exclut, mais oui à un département audacieux, qui va de l’avant et croit en son avenir.  » Une démarche qui fera sans doute grincer des dents dans le sérail frontiste, notamment dans le bassin minier où le maire d’Arras se rendra.

Source

Commenter cet article