compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

François Ruffin à l'Assemblée nationale... sans cravate. (C) AFP

 

Pour l'ouverture de la nouvelle législatures, les députés de la France insoumise ont choisi la provocation, jouant les Sans-cravates comme les nouveaux Sans-culottes. Sauf que c'est plus qu'une provocation, c'est un message politique lourd de sens et de menace...

Un homme seul, en chemise blanche, se tient obstinément assis tandis que les autres, autour de lui, célèbrent l'ascension de leur pair au Perchoir. Nous sommes mardi après-midi, au Palais Bourbon, François de Rugy vient d'être élu président de l'Assemblée et les députés le saluent, ainsi que le dit la tradition républicaine, pour saluer le nouveau Primus. Tous, sauf François Ruffin, qui consulte son iPhone. L'image marque les esprits et c'est logique, puisqu'elle a été pensée dans ce dessein: pour dire une rupture républicaine. Elle fait jaser, mais sans que les commentateurs de l'instant paraissent en avoir perçu la signification profonde.

Il est possible de gloser politique durant des heures et des heures sur les chaînes d'information continue et passer à côté de l'essentiel, le politique lui-même. Et c'est bien dommage, tant il y a à dire sur un geste lourd de sens et de conséquences. Car l'image Ruffin, donc le message, n'était pas seulement la manifestation d'une provocation comme les affectionne le personnage (qui a été imité par les autres députés de la France insoumiseJean-Luc Mélenchon en tête), en vérité, il s'agit bien davantage qu'une renonciation de mal-élevé aux us et coutumes du temple républicain. Oui, elle est bel et bien une rupture.  

Que signifie, en son essence, le geste de Ruffin? Qu'il refuse de s'associer à un monde qu'il rejette. Qu'il n'en est pas. Qu'il ne veut pas de la carte. Qu'il est ici et ailleurs en même temps. Qu'il est le peuple selon l'idée qu'il s'en fait. Le vrai peuple. Le peuple décidé par Ruffin.  

L'homme du peuple face aux agents de l'oligarchie

Le nouveau député de la Somme ne voit pas François de Rugy, président élu de l'Assemblée, comme son égal en République, un député jouissant des mêmes droits que lui, mais comme un adversaire de classe. Il ne le considère pas comme un élu, porteur de la même légitimité que lui, mais comme un agent de l'oligarchie. Il ne le juge pas comme son égal, mais en ennemi de classe. Et Ruffin porte le même regard sur les autres députés, LREM, LR, PS et autres qui se sont levés, eux aussi, pour saluer le nouveau quatrième personnage de l'Etat. Je ne suis pas comme eux parce que je suis le peuple, le seul, le vrai, et qu'ils ne le sont pas. Ce sont des apparences de député, rien d'autre, mais en réalité, ce sont des agents de l'oligarchie et des puissances d'argent, des marionnettes aux mains du banquier Macron, leur légitimité est nulle.

François Ruffin n'est pas un rigolo. Sa posture n'est pas un clin d'œil, à l'exemple de l'apparition, unique, d'un député socialiste en bleu de travail, à la fin des années 90. Le geste a été conçu pour poser le décor. Le député de la Somme n'est pas un trublion venu là pour amuser la galerie, mais pour construire un peuple. Et pour construire ce peuple, il lui faut changer la perception de l'Assemblée nationale, signifier que ceux qui y siègent ne sont pas des élus du peuple, mais d'autre chose, entre forces occultes et forces de l'argent.

Ce mercredi matin sur Europe 1, Jean-Luc Mélenchon n’a pas dit autre chose. La polémique sur l’absence de cravates lors de la séance inaugurale de la législature porte bien au-delà du débat sur le respect du règlement et des usages en cours depuis un siècle et demi au Palais Bourbon. L’objectif n’est pas de casser des codes pour se faire repérer par les caméras le temps d’un journée, il est de donner corps politique à la représentation de la France insoumise en députation.

« La question des codes vestimentaires a été portée par notre camp. Par exemple par le Tiers-État lors des États généraux » a déclaré Jean-Luc Mélenchon. Passons vite sur le point de savoir si l’abbé Grégoire, Bailly, Mirabeau, Sieyès et quelques autres se reconnaîtraient aujourd’hui en Mélenchon et Ruffin et venons-en au point qui nous importe : le président du groupe parlementaire de la France insoumise estime qu’il siège dans une Assemblée où, à l’image des Etats généraux de l’Ancien régime, tous les élus ne sont pas égaux en droit et en représentation.

Soulignons la contradiction Mélenchon: les députés du Tiers Etat se sont battus en leur temps pour imposer l’égalité entre députés et représentants de la Nation tandis que lui et ses acolytes entament désormais un combat pour signifier qu’ils se pensent mieux habilités à représenter le peuple que les autres élus de la Nation. Objectif clivage et division, fractures et blessures et bien entendu en route vers la VIe République, celle des élus des vraies gens et du vrai peuple, celui que décident entre eux les dirigeants de la France insoumise.

Des Sans-culottes aux Sans-cravates

L’assimilation Sans-culottes et Sans-cravates ne relève pas du simple divertissement. Elle est une arme politique de destruction massive du système. Quand Mélenchon dit: "Il y avait des Sans-culottes, il y aura désormais des Sans-cravates", il ne plaisante pas. Il pose très sérieusement les bases de la lutte politique qu’il entend mener. Le peuple contre les aristocrates. Les floués contre les nantis. Les pauvres contre les riches. Le bas contre le haut. Application à la lettre des préceptes politiques de l’idéologue d’extrême gauche qui a pensé Syriza et Podemos, Chantal Mouffe, qui entend "Construire un peuple" pour l’amener à remplacer le peuple ancien.

Mélenchon et Ruffin ressuscitent effectivement la Révolution. Non pas l’esprit des constituants de 1789, mais plutôt celui des Hébertistes de 1793. Avec eux, c’est l’esprit du Père Duchesne (le Fakir de l’époque) qui entre à l’Assemblée nationale, comme il était entré à la Convention avec Hébert, Roux et Chaumette et les Enragés. Ceux-là aussi entendaient « se mettre à la portée de cette classe peu instruite du peuple qui ne pourrait comprendre d’importantes vérités si elles n’étaient énoncées avec des expressions qui lui sont particulières ». Ils en firent tellement qu’à la fin, les jugeant dangereux, Robespierre lui-même finira par les envoyer là où ils rêvaient d’envoyer l’oligarchie de l’époque. Le destin des Sans-cravates sera-t-il aussi tragique que celui des Sans-culottes?

Donc, haro sur la cravate, ennemie du peuple et des classes populaires! A la lanterne la cravate de l’oligarchie! Et tant pis pour les souvenirs de Julien Dray, rapportés sur sa page Facebook: « En 1988, élu député, j'ai porté pour la première fois de ma vie la cravate… et je ne le regrette pas. Celui qui m'expliqua pourquoi on se devait de donner une belle représentation des électrices et électeurs était sénateur de l’Essonne ». Comment s’appelait-il, déjà, ce sénateur de l’Essonne?

Source

Commenter cet article