compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

 

 

La division entre sunnisme et chiisme est historiquement le fruit d’un conflit de succession, après la mort du prophète, en 632 à Médine, dans l’actuelle Arabie saoudite. Les compagnons du prophète choisissent l’un d’entre eux, Abou Bakr, en conclave selon la tradition tribale. Selon les chiites, le pouvoir légitime revenait en droit aux descendants directs du prophète, par sa fille Fatima et son gendre Ali. Ecarté du pouvoir, ce dernier deviendra, vingt-cinq ans plus tard, le quatrième calife. Son règne, contesté par Mouawiya, un proche du troisième calife, Osman, assassiné, se termine dans la confusion et il meurt tué par d’anciens partisans devenus dissidents, les kharidjites.
Hussein, le fils d’Ali, qui se soulève contre l’autorité du calife Yazid, fils de Mouawiya installé à Damas, sera tué lors de la bataille de Kerbala, en 680. Les chiites révèrent Ali, ses descendants et successeurs comme les « douze imams », persécutés, qui servent d’intermédiaires entre les croyants et Dieu. L’islam sunnite, lui, se voit comme la continuité des premiers califes de l’islam, qui ont conservé intacts et fait observer les commandements de Mahomet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

trublion 02/07/2017 07:45

il n' est qu' entendre ces invectives pour comprendre que l' islam est rétrograde et divisé !
Quelles inepties !

GRUNGRASS 27/06/2017 18:05

moi j'attends avec impatience le soulèvement des français la mise dehors des migrants et l'emprisonnement d'une grande partie des dirigeants politiques avec comme chef d'inculpation haute trahison et mise en danger de mort de la nation française