compteur gratuit

Publié par des-patriotes-de-france

Les parents d'élèves s'insurgent contre cette interdiction, qu'ils qualifient d'"intimidation".

 

 

Des enfants s'apprêtent à entrer dans leur salle de classe, le 3 septembre 2014, jour de rentrée, à Lyon (archives) Crédit : AFP / JEFF PACHOUD

Les parents d'élèves de l'école élémentaire Libération-Est, à Vincennes (Val-de-Marne) sont en colère. Selon eux, la directrice de l'école où sont scolarisées leurs filles aurait interdit le port du short à ces dernières. "La vie de ma fille s'est compliquée, raconte la maman d'une l'élève de CM1 au Parisien, qui rapporte l'information. Tous les matins, elle s'interroge sur ce qu'elle va mettre d'autre que l'un de ses shorts. Elle en est venue à porter un legging long et noir alors qu'il faisait plus de 25°."

Mélanie, la maman d'une élève de CM2, s’est elle aussi confiée au quotidien régional. D'après elle, la directrice s'est adressée à sa fille et d'autres élèves portant des shorts pour leur interdire ce vêtement. Lorsque l'une des enfants en a demandé la raison, elle se serait vue répondre : "Parce que vous avez ou vous allez avoir vos règles." La maman ajoute : "Elle explique qu'il y a un risque d'attraper des microbes et d'avoir la gastro. Le lendemain, devant la classe, elle s'adresse à ma fille lui disant que nous, parents, pourrons dire ce que l'on veut, elle ne viendra pas en short à l'école."

Les associations calment le jeu

L'APEV et la FCPE, deux fédérations de parents d'élèves, ont pris les choses en main. Toujours selon Le Parisien, une rencontre a eu lieu avec la direction de l'école vendredi 2 juin au matin. Si les parents dénoncent "l'intimidation faite par la directrice aux petites filles concernant leur tenue vestimentaire" ainsi qu'une "pression orale sur les filles", l'APEV estime qu'"il n'y a pas de sujet" et affirme que "c'est un quiproquo qui sera réglé en interne". 

Après la réunion, l'Association a indiqué "qu'il apparaît que le caractère discriminatoire des remarques au sujet du port du short à l'école ne soit pas avéré" et a ajouté que leurs "inquiétudes et demandes ont été écoutées et ont reçu une suite favorable." La FCPE assure de son côté que "la directrice va revoir sa position". Autant de déclarations qui ne suffiront peut-être pas à rassurer les parents : le père d'une élève a adressé une lettre au rectorat. Quelle que soit l'issue de ce différend, elle devrait être connue rapidement : le sujet sera porté au prochain conseil d'école, la semaine prochaine.

Source

Commenter cet article